//

Resistencia

23.Oct 2014
Portada

Vallée de l’Aguan: Un paysan victime d’une disparition forcée est assassiné

Correo electrónico Imprimir PDF

Mardi le 18 octobre 2011 / FNRP-Colón

Le Front national de Résistance populaire du département de Colón (FNRP-Colón) dénonce devant le peuple hondurien les faits suivants. Depuis le vendredi 14 octobre de l’année en cours, à la suite d’une attaque armée contre des campesinos du Mouvement national de Récupération Rigores dans la ferme récupérée La Consentida, Seguno Mendoza fut porté disparu. Les agents de sécurité privés des grands propriétaires terriens de la région ainsi que les policiers faisant partie de l’opération Xatruch abandonnèrent la ferme durant l’après-midi après avoir caché les corps de Segundo et celui d’un autre individu dont l’identité reste inconnue. Cette version des faits se confirma lorsque le 15 octobre, les agents de sécurité retournèrent à ladite ferme et commencèrent à tirer en direction d’un groupe de fermiers, blessant Santiago Iván Gonzales et Deby Mancía. Toutefois, ces derniers purent apercevoir deux grands sacs identiques à ceux utilisées pour recueillir les cadavres dans la boîte d’un des véhicules pick-up conduit par les agents.

Selon la version des faits de la police de Tocoa (département de Colón), ces derniers étaient en train de réaliser une mission de reconnaissance d’un corps retrouvé dans l’une des palmeraies du magnat Miguel Facussé, cadavre d’un individu qui, le jour précédent, a supposément été aperçu en compagnie de voleurs de palme africaine. Cette excuse est souvent utilisée afin de criminaliser la lutte pour l’accès à la terre sur la rive gauche de l’Aguan. Lorsqu’il leur fut demandé qui était l’auteur du meurtre, les policiers répondirent qu’ils ne le savaient pas, alors que les mêmes policiers furent ceux qui organisèrent l’opération au cours de laquelle fut assassiné Segundo par des agents de sécurité privé.

Le corps de Segundo Mendoza, grand combattant du mouvement paysan de Rigores, fut retrouvé à la morgue judiciaire de la ville de La Ceiba, dans le département d’Atlántida, c’est-à-dire à près de 60 kilomètres d’où il fut porté disparu. Ce dernier présente plusieurs signes de blessures par balle, ce qui aurait vraisemblablement causé sa mort. Il s’agit d’un crime de plus couvrant de sang cette terre-mère de l’Aguan qui reçoit en son sein la vie des meilleurs hommes, hommes voulant que leurs enfants aient de quoi manger, où dormir et où produire pour mieux vivre.

La zone d’action des groupes de paysans est toujours militarisée. Il n’existe aucune autre région militarisée, les interventions armées ne touchent que ces groupes de paysans. Les complices du ministre de l’agriculture Cesar Ham, responsables de la militarisation de l’Aguan, complices des grands propriétaires terriens, les complices des tueurs à gages assassins de paysans, tous continuent d’agir en toute impunité, quelquefois en donnant des erronées versions du conflit, mais ces dernières ont aussi déjà été identifiées.

La tête de certains camarades paysans est déjà mise à prix. Ceux qui se risquent à sortir de leurs terres récupérées sont séquestrés et assassinés, des coups des feux sont tirés aux petites heures du matin en direction des terres récupérées, les militaires du commando Xatruch pratiquent des scénarios d’attaques massives, encerclant les quatre côtés des terres jusqu’à 12 heures d’affilée. L’État a envoyé aujourd’hui, le 17 octobre, huit nouveaux commandos d’effectifs militaires dans la région.

En exterminant les paysans sans se soucier des coûts politiques et sociaux, le gouvernement de Pepe Lobo démontre que la vie de ces êtres humains de l’Aguan lui importe peu, puisque sa loyauté reste envers les grands propriétaires terriens qui impulsèrent et soutinrent le coup d’État au Honduras. Ils veulent exterminer ce peuple martyr de l’Aguan, un exemple de courage pour l’Amérique latine et le monde.

Ils pourront nous quitter la vie, mais des milliers continuent dans la lutte et l’espérance de la refondation de notre patrie où la terre n’appartienne pas qu’à quelques-uns, mais à tous et toutes. Nous lançons un appel pour le renforcement de l’Observatoire international de Droits Humains en Aguan afin de démontrer une solidarité militante avec nos frères et sœurs qui luttent pour la terre.

Ceux qui gardent le silence devant tant d’atrocités sont complices de ceux qui assassinent notre peuple. Si jusqu’à aujourd’hui tu as gardé le silence, élève ta voix, solidarise-toi avec l’Aguan.

Dehors les militaires de l’Aguan!

Mettons fin à l’extermination des paysans par l’assassinat sélectif!
Arrêtons les violations des droits humains dans l’Aguan!
Mettons fin aux enlèvements de paysans!


Tocoa, Colón, le 17 octobre 2011.
Front national de Résistance populaire du département de Colón.
FNRP-COLÓN



Traduit par les Traducteurs du FNRP

Share

 

nodolibre-software-libre-socialismo

sticker-el pueblo_no_se_rinde_5-25x3_1

Haga Click en la Imagen para Acceder a toda la información de la Asamblea 

¡El Pueblo No se Rinde!

1. Convocatoria a la Asamblea

2. Agenda propuesta de la Asamblea

3. Listado de orgnizaciones acreditadas a la Asamblea

4. Conformacioń de delegados departamentales y municipales.

5. Descripción de la forma de acreditación de nuevas organizaciones.

6. Acuerdos vigentes de Asambleas del FNRP.

7. Reglamentos de Asamblesas del FNRP

8. Formularios de inscripción de prensa

9. Lugar de realización de la asamblea.

twitter fnrpfb

Medios de_Comunicacini_FNRP

 000afiche 5 puntos

caratula propuestas

Paz en Colombia

paz

Documentos oficiales del Partido Libre

BANDERA LIBRE_-_pequea